Les JO 2012 via les réseaux sociaux

D’abord Bravo pour ce magnifique show d’ouverture que nous a offert le comité londonien. Un pure spectacle sous les couleurs de l’Union Jack commençant par le volet historique du continent britannique (évolution de l’ère industrielle, etc..) , puis un tableau culturel entre séries tv et un bel hommage à la pop anglaise des Beatles à Muse en passant par les Sex Pistols et Bowie, et bien d’autres comme les Two Door Cinema Club en live (au hasard :p)…c’est vrai qu’ils on un sacré palamarès ces britanniques !

Mais venons au fait des réseaux sociaux pendant les JO :

Le CIO a mis en place la plateforme « Olympic Athletes’ Hub« , compilant les messages laissés sur Twitter et Facebook par des athlètes olympiques d’hier et d’aujourd’hui.

Durant toute la durée des Jeux olympiques, les internautes auront la possibilité de poser directement leurs questions aux athlètes et d’obtenir des réponses en temps réel. Chaque jour, un compétiteur différent sera mis à l’honneur et soumis à ce tchat exclusif.
Un autre projet, inscrit sur la page d’accueil de l’Olympic Athletes’ Hub, concerne la mise en ligne d’une mosaïque d’images, composée de photos de sportifs prises par eux-mêmes.
En complément, et en plus de comptes sur Facebook, Google+, Twitter et Instagram, le CIO a également décidé d’ouvrir une multitude de blogs thématiques via Tumblr : actualité du village olympique, la mode et les JO, etc.

(article sur www.commentcamarche.net)
Une mine d’or pour les athlètes, les sponsors et les fans

Les réseaux sociaux sont un très bon moyen de communiquer avec leurs fans pour les athlètes comme le sprinteur sud-africain Oscar Pistorius qui dit «les utiliser souvent», pour «raconter non seulement ses propres histoires mais aussi celles d’autres personnes et athlètes hors du commun». Les internautes ont accès aux photos, Twitts, messages, liens, vidéos qui font l’actualité de leurs sportifs favoris. Des «chats» sont également organisés en direct du village virtuel olympique pour renforcer l’impression d’interactivité et de proximité.

Le CIO alimente aussi le trafic en mettant sur la plate-forme des informations sur les coulisses des JO, des discussions, des photos des athlètes au village. Et en ayant ouvert de nombreux blogs thématiques(actualité du village olympique, les JO et la mode, les meilleurs moments des JO etc.) via le site de microblogging Tumblr.

La course aux «followers» pour les uns, aux récompenses pour les autres

Le dispositif peut aussi permettre aux athlètes d’attirer des sponsors, qui visualisent en temps réel la popularité des sportifs. En effet, sur la plate-forme, ces derniers peuvent être «suivis» par un maximum de followers, comme le joueur de basket-ball américain Lebron James, au top du classement avec 17,4 millions de fans(jeudi).

A ce jour, 50.000 «like» ou «follows» ont été comptabilisés par des internautes via la plate-forme selon Alex Huot, responsable des nouveaux médias au CIO. Classements, médailles d’or, d’argent et de bronze virtuelles… Pour fidéliser les supporters, augmenter le nombre de clics, le CIO offre aussi des récompenses sur le site aux plus assidus : vidéos exclusives, conseils personnalisés d’athlètes, médailles virtuelles, etc.

lesechos.fr
Un règlement très strict

En créant cette plate-forme, le CIO encourage activement l’usage des réseaux sociaux pendant les JO, mais pas n’importe comment. Des directives très contraignantes sont en effet imposées aux athlètes par le comité. Le respect des droits des diffuseurs, sponsors et journalistes sont effectivement en jeu.

Athlètes, spectateurs et personnes accréditées sont donc soumis à un règlement très strictpour bloguer, tweeter ou partager du son ou de la vidéo sur la Toile. Le CIO se défend pour autant de toute censure. Il «encourage activement les athlètes, ou autres personnes accréditées», à rédiger des articles de forum ou tenir un blog ou tweet personnel. «Toutefois, ces articles de forum, blogs ou tweets devront être rédigés à la première personne, sous forme de journal, et le rédacteur ne doit pas tenir le rôle de journaliste, c’est-à-dire qu’il ne doit pas faire d’article sur les compétitions ni de commentaire sur les activités d’autres participants ou personnes accréditées, ni divulguer d’informations confidentielles ou privées en rapport avec une tierce personne ou organisation», est-il précisé dans le document.

Tous les possesseurs d’un billet auront aussi interdiction de publier sur Internet leurs vidéos prises dans le village olympique ou dans les enceintes sportives, pour préserver l’exclusivité des médias partenaires qui payent les droits de diffusion. «Nous travaillons étroitement avec toutes les plate-formes pour s’assurer que les marques et les droits de propriété intellectuelle sont respectés et pour avoir un mécanisme en place dans le cas d’une violation [des droits]», explique le comité d’organisation des Jeux Olympiques de Londres 2012 (Locog)

dans un article à Numérama

		
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s